Fessée et traditions

Une tradition semble oubliée : la fessée des Saints Innocents, donnée le 28 décembre. Ce devrait se faire après demain (au moment où j'écris).

Les calendriers faisant état du cycle liturgique mentionnent cette commémoration intervenant peu après Noël. Le roi Hérode voulant se débarrasser du Christ né sur son territoire, craignant en lui un futur rival fait, ne sachant pas précisément de quel bébé il s'agit, massacrer tous les jeunes enfants de Béthléem ; mais, informés, Joseph et Marie ont pu fuir : avec l'enfant Jésus !

Alors quand on n'est pas innocent ? On doit d'autant plus être puni ! que des innocents ont été victimes des autorités !

D'après un texte de Marguerite de Navarre, écrivain du seizième, (siècle, pas arrondissement), texte adapté pour la "série rose", (diffusée sur FR3 partir du 8 novembre 1986), une jeune employée d'un atelier de tissage est fouettée dans l'atelier où elle travaille, sur décision de la femme du patron, celle-ci étant en quelque sorte l'équivalent du contremaître de nos usines modernes.
La punie et son fiancé mettent au point une revanche : la dame se rend à un rendez-vous galant, elle a reçu des mots doux, mais c'était un piège : c'est son mari qui l'attend. Elle doit alors à son tour recevoir le fouet sur les fesses nues, de la main de l'époux courroucé. Les deux amoureux se réjouissent du spectacle mais n'en profitent pas jusqu'au bout, s'éclipsent, mieux à faire, satisfaits de la vengeance, peut-être aussi émoustillés...

C'est là le scénario de "La Fessée" (Marguerite de Navarre - réalisateur Harry Kumel)

Mais QUI donne encore la fessée de façon rituelle ? traditionnelle ? le 28 décembre ? Est-ce connu ?

Des fessées de Pâques et on est tout de même plutôt mieux informé se sont maintenues, en Tchéquie. Nous avons le temps de voir venir...