Aimer la douleur ?

Fesséeo > Forum > La fessée > Aimer la douleur ?

avatar charliespankered

Visibilité

Tout le monde
Si on aime recevoir la fessée, c'est qu'on est masochiste, qu'on aime la douleur.

Pourtant, une rage de dents, on aime moins, voire pas du tout.

Se cogner les orteils contre un pied de meuble quand on a oublié de mettre ses chaussons, le dessus du crâne contre une embrasure de porte un peu trop basse, ça fait mal et on prend garde de ne pas renouveler l'expérience.

Aimer recevoir la fessée serait donc plus complexe que ce à quoi des visions simplistes de la chose peuvent réduire.

Qu'en pensez-vous ?

avatar lafessee83
La différence c'est que la rage de dent on ne la demande pas, alors que la fessée oui
avatar Lily
La différence, c'est la relation et le type de relation.
avatar Icare67
Ce sont aussi des émotions très intenses. Particulièrement quand on arrive à revivre une vraie fessée cuisante, avec les sanglots qui vont avec.
avatar Olivier34
Il y a une autre différence importante entre la fessée et la rage de dents, c'est que plus la fessée se prolonge, plus la douleur s'amenuise et cède la place au plaisir : on est envahi par une douce et bienfaisante chaleur ...
avatar Lily
Plaisir et douleurs s'entremêlent comme le rappelle justement Olivier34, et c'est un don que la personne fessée fait à la personne fessant, don de l'autoriser à devenir le maître de ses plaisirs et de ses douleurs. C'est le coeur de la relation de DS.
Avec le dentiste, c'est tout autre chose. D'abord la douleur est bien plus importante, ensuite elle n'est qu'un sale moment à passer pour voir ses dents soignées. Aucune relation trouble et foncièrement sexuelle.
avatar floflo
La douleur est forcement une partie important importante de la fessée mais pas essentielle … jepense que le ceremonial et tout ce qui entoure la fessée est aussi, si ce n'est pas plus important que la douleur en elle meme!
avatar Olivier34
floflo a dit : La douleur est forcement une partie important importante de la fessée mais pas essentielle … jepense que le ceremonial et tout ce qui entoure la fessée est aussi, si ce n'est pas plus important que la douleur en elle meme!
Si, la douleur est essentielle parce qu'elle est inséparable du cérémonial et de tout ce qui l'entoure : l'humiliation, la punition infligée et acceptée, le rapport de force, la soumission à la volonté de l'autre, l'abandon ... Si je ne reçois que des petites tapes gentillettes, je n'ai pas le sentiment de recevoir une correction que j'ai méritée. Lorsque mon ou ma partenaire a la main fatiguée au bout de deux minutes, je suis frustré ! Mais c'est tout un art que d'amener l'autre - la personne que l'on fesse - à ce point où la douleur et le plaisir se rejoignent et se confondent. Pour cela la fessée doit être progressive : il faut commencer modérément et augmenter l'intensité des claques au fur et à mesure que les fesses rosissent. On ne peut pas faire l'impasse sur l'étape de l'échauffement car une fois que les fesses sont convenablement échauffées, elles peuvent supporter des claques administrées à toute volée sans que la douleur soit intolérable et que la fessée tourne au supplice. C'est là que la douleur et le plaisir se conjuguent parfaitement.
avatar reformatoryspank
la douleur, oui est indispensable d'une vraie fessée faite pour punir. La douleur va croissante tout au long de la fessée, et pour moi va de pair avec un déculottage progressif, faire monter en puissance la douleur avec l'humiliation, lier les deux... Il m'est arrivé, rarement, mais ça m'est arrivé de trouver un vrai plaisir, un orgasme à me faire fesser, parce que à un moment de cette, je ne sais pas ce qui s'est passé en moi, mais la douleur s'est mutée en plaisir...
avatar djodidi
Tous ces commentaire sur la fessée et sa douleur me conforte à passer le pas, d'en recevoir de bonne fessée

Répondre


Membres connectés



669 inscrits

Avertissement

Ce site est strictement réservé aux adultes.

Il est question de pratiques entre adultes consentants et en aucun cas de la fessée donnée aux enfants.

Nous condamnons toutes violences conjugales.