Lui, Elle et Moi

Lui, Elle et Moi

Par Fred

C'est la troisième fois qu'on se rencontre, j'ai hâte de la revoir. J'ai gardé un souvenir magique de nos deux week-end précédents. Même si je commence à bien la cerner, j'ai envie de la redécouvrir encore.
On avait décidé de se rencontrer en lieu neutre la première fois, puis je m'étais déplacé chez elle pour le second rendez-vous, il lui semblait logique de venir me voir à Toulouse pour cette troisième fois.

Je suis allé la chercher à la gare, on a bu un verre en terrasse sur le retour pour prendre le temps de se retrouver. Puis on est rentré chez moi, je lui ait fait visiter mon petit univers et on s'est posé sur le canapé pour profiter d'un moment tout les deux. Ça fait du bien de se retrouver, satisfaire cette attente, cette envie, ce désir de retrouver ces moments entre nous.

Profiter des retrouvailles, d'un moment tendre et doux. Ce moment calme était sûrement trop calme pour elle. Je la voit venir avec son air joueur qui ne veut pas se retenir de me taquiner. Elle adore ça, elle ne peut pas s'en empêcher. Cette envie a toujours été plus fort qu'elle. Depuis notre première rencontre, elle a besoin de mon attention permanente et que je m'occupe d'elle.

Les taquineries s'intensifient, je la préviens de ne pas continuer mais elle voit dans mes paroles un défi. Elle hésite, mais l'envie est trop forte. Elle devient insolente. Elle recommence. Je la raisonne une nouvelle fois de façon plus stricte et elle relance … encore. Je n'en peut plus, je veux lui dire d'arrêter mais elle n'écoute pas, elle est trop forte à ce jeu, je sent au fond de moi qu'il est trop tard. Je veux la prévenir mais il est déjà réveillé,

Ce visage d'ange, petite et vulnérable mais si malicieuse. Il est ravi de la retrouver enfin même si son air est sévère. Elle le reconnaît aussi de suite, un frisson parcours tout son corps. Elle veut le défier aussi mais ça devient difficile. Elle n'ose plus, il est bien plus autoritaire et menaçant que moi. Elle baisse les yeux, il n'y a plus de défi. Il est déjà là c'est trop tard pour négocier, pour amadouer …

Elle sait que lui ne veut que la punir, la corriger. Il ne partira pas sans avoir obtenu ce qu'il cherche. Il ne me laissera pas revenir la protéger si elle ne fait pas d'efforts. Il ne lâche jamais rien.
Ça façon de relever ses manches, de la fixer sévèrement, de la réprimander comme une jeune fille … elle perd toujours ses moyens quand il fait ça. Elle a peur, elle regarde ses pieds, elle est embrassée et il aime ça, la voir gênée et honteuse.

Sans avoir le temps de réagir et de comprendre , elle est à sa merci. Il la soulève comme si elle ne pesait rien, petite et sans défense. Elle tente quand même de se débattre, je la reconnais bien là ma petite rebelle. Mais rien à faire, il est grand et fort. Elle le sait bien, quand elle dépasse les limites, il vient toujours. Il est toujours en colère après elle. Il a toujours le dernier mot et il lui donne toujours une fessée. Je le déteste.

Elle ne peut rien faire, il la maintient et la bloque pour l'empêcher de se débattre. Elle se sent si honteuse, grondée et allongée sur ses genoux. Elle aime juste me taquiner mais lui trouve que c'est une attitude de gamine et qu'elle ne sait jamais s’arrêter. Il l'allonge toujours sur ses genoux, il adore la voir comme ça et la sentir bloquée, il aime qu'elle soit honteuse. C'est un sadique.

Elle sent les claques qui se suivent comme un défilé sur ses fesses avec un rythme et une intensité qui augmente. Elle tente de gigoter mais ça ne marche pas, il la bloque fermement. Elle commence à avoir chaud , la douleur se fait ressentir. Il continue de savourer, il s'applique à maintenir cette honte délicieuse, cette fessée régressive qui la fait sentir si petite. Elle ne résiste même plus vraiment quand il descend sa culotte. Elle est dans le trouble et dans un état second...

Je sais qu'elle adore ce mélange d'émotions et sensations. Quand il la maîtrise complètement et qu'elle s'abandonne. Ses fesses roses deviennent rouges, je les trouve si belles. Il continue de la punir, elle bouge, elle gémit, elle supplie mais il ne cède pas. Il ne cède jamais avant le pardon.
Je vois sur ses joues quelques larmes, qu'elle tente de retenir par fierté. Et elle finit par céder...

Elle a du mal a le dire mais la raison et ses fesses douloureuses la supplie. Elle fond en larmes et lâche prise, sans retenue. Il la dirige vers le coin sans compassion, toujours l'air sévère et en colère. Il la regarde de son air satisfait et sadique, face au mur, les mains derrière la tête et la culotte abandonnée aux bas des chevilles. Elle veut se calmer mais n'y arrive pas, les larmes ne veulent rien savoir. Elle ne l'entend plus, elle ne sait pas depuis combien de temps elle est là, elle se sent perdue.

Puis elle sent cette main qui se pose sur sa nuque, cette main ... encore. Qui la dirige pour qu'elle se blottisse fort contre moi et que je la retrouve enfin. J'ai l'impression de l'avoir abandonner. Je me déteste. Elle m'enlace fort et je comprend qu'elle ne m'en veut pas. Elle veut ma bienveillance et mon réconfort. Elle avait besoin de lui pour mieux me retrouver ensuite. Je ne peux plus la lâcher, elle a besoin de moi. Ce câlin pour la consoler est un moment magique pour moi aussi. Je me rend compte que sans elle je suis perdu et que je n'ai pas de raison d'être. Et lui non plus.