les risques à vouloir faire dans le littéraire

les risques à vouloir faire dans le littéraire

Par charliespankered

Il se piquait de littérature, émaillait ses récits de noms d'auteurs, de diverses connaissances.
Une jeune lectrice lui fit remarquer une erreur, il avait confondu deux encyclopédistes et philosophes des Lumières ; et comme il s'agissait de récits de fessée et plus particulièrement de celui intitulé « triste fessée en enfer » elle se complut à s'imaginer en maîtresse d'école à l'ancienne et qui donnait des fessées pédagogiques.
Et lui, se croyant au-dessus de tout, crut bon de la provoquer :
« Vous ne me fesseriez pas pour si peu ?
-Mais si, jeune homme !
-Jeune homme ? Je pourrais être votre père !
- Mon père n'a rien à voir dans cette histoire ; vous viendrez me trouver après le confinement.
-Et si je refuse ?
-Ne faites pas l'enfant ! »


Plutôt que de passer pour un enfant il accepta la proposition : l'invitation ?
Elle lui fit visiter sa ville, puis quand ils eurent fait le tour de l'essentiel elle l'informa qu'une amie, ou cousine, peu importe,lui avait confié son appartement à surveiller pendant son absence : elle avait les clés.

Elle l'y emmena et l'envoya directement au coin : « Tu vas réfléchir au fait de bien te renseigner avant d'écrire ; et à l'heure d'Internet où on peut tout vérifier tu n'as pas d'excuse ; pendant que tu réfléchis je m'occupe du courrier, je vérifie deux ou trois choses.
-Et après ?
-Comme si tu ne le savais pas. »
Il l'entendait s'affairer dans la pièce ; puis le bruit d'une chaise que l'on déplace.
« Approche ! »
Elle l'attendait assise sur la chaise.
« Allons, bien devant moi , face à moi ! »
Elle souleva le pull, déboutonna et dégrafa le pantalon.
« Allonge-toi en travers de mes genoux ! »
Elle l'y aida ; puis baissa le slip et lui mit une fessée qu'il n'était pas prêt d'oublier ,ne cessant que quand elle commença à avoir mal aux mains.
« Et la prochaine fois : instruments ! Sache que j'ai une prédilection pour la brosse à cheveux ! Retourne au coin pendant que je prépare le thé. »
Il voulait remonter ses habits : mais non, il dut se déplacer ainsi, façon pingouin.
Le retour au coin lui permit au moins de ne plus montrer que le rouge des fesses, de dissimuler celui du visage.
Puis en prenant le thé il orienta la conversation sur divers sujets, mais pas celui de cette fessée.
« Tu reviendras ?
-Ah mais oui, c'était très bien... »
Elle rit : et lui aussi.
F/H