Fessée à la fac aux U.S.A.

Fessée à la fac aux U.S.A.

Par charliespankered

Document communiqué par un correspondant du SPANKSAS, état des U. S.A. (capitale Topeka, vous pouvez vérifier sur Internet)
La fessée va certainement être pratiquée dans les universités, règlement en attente d’approbation, et ce dès la prochaine rentrée.
Elle sera administrée aux plus de dix-huit ans ; il leur sera conseillé de cocher dans leur dossier d’inscription la case autorisant l’établissement à leur infliger cette punition ; en l’acceptant sur le principe ils bénéficieront de certaines aides dans leurs études et facilités pour leur parcours.
Les fessées seront infligées pour manque de travail, perturbation des cours, mauvais comportement sur le campus, non respect des lieux, en particulier non utilisation des poubelles.
La fessée sera décidée par un professeur ou un agent de surveillance mais elle devra être au final être approuvée par un comité étendu à trois d’entre eux. Le chef d’établissement ou un de ses adjoints signera l’autorisation d’exécution.
Plusieurs personnes, volontaires hommes et femmes, seront, après entretien les ayant reconnues comme de bonne moralité , désignées comme pouvant y procéder.
Il sera attendu qu’au moins quatre étudiants doivent recevoir la fessée ; ils seront alors convoqués au même jour et à la même heure dans un local de l’administration. Ils viendront avec un témoin de leur choix ; ils seront fessés les uns devant les autres, garçons et filles, et devant les témoins des autres punis ; et un responsable de l’administration surveillera et attestera de la conformité de la séance ; un registre sera tenu.
Deux personnes parmi celles habilitées à le faire officieront pour chaque séance, un homme et une femme. L’ordre de passage des étudiants et étudiantes sera désigné par tirage d’un numéro, et ce sera à pile ou face pour déterminer celui des deux qui commencera à fesser, laissant sa place à son collègue pour le suivant ou la suivante et ensuite la reprendre, et ainsi de suite ; il y aura donc donc alternance entre le fesseur et la fesseuse et seul le hasard déterminera les parités, un étudiant pourra être corrigé par un homme ou par une femme, de même une étudiante.
Il faudra s’approcher d’un bureau, se déculotter soi-même, et s’appuyer sur les coudes pour recevoir douze coups d’une lanière de cuir. Il sera autorisé de porter autour de la taille un vêtement assez long, comme une chemise, qui masquera l’intimité sexuelle, mais devra être bien remonté par derrière ; les étudiants et étudiantes seront dans leur convocation informés de cette possibilité, de cette faveur, il leur appartiendra ou non d’en profiter.
Très exceptionnellement et sur indication de la personne ayant décidé le recours à la fessée celle-ci pourra être administrée par-dessus un sous-vêtement ; et jamais en cas de récidive.
Rien n’est prévu de tel pour de très jeunes étudiants qui auraient moins de dix-huit ans, ni aucune peine de substitution ; il est considéré qu’ils sont largement minoritaires, que les parents ne peuvent donner cette autorisation de fesser leur rejeton, qui de toute façon ayant décroché le bac ( ou plutôt son équivalent au Spankas) tout jeune est considéré comme un bon élément, motivé. D’éventuels manquements ou incartades seront cependant notés, et ne joueraient pas en leur faveur une fois la majorité atteinte.

De source sûre on sait que ce programme intéresse des responsables d’universités françaises : gare gare !