déconfinée ? déculottée ! La revanche : au tour du gars !

Fesséeo > Récits > déconfinée ? déculottée ! La revanche : au tour du gars !

avatar charliespankered

Visibilité

Membres
Épisode précédent :
Deux amoureux ne demeurant pas ensemble trouvent un endroit qu'il espèrent discret pour une fessée en extérieur durant le confinement mais sont surpris par une patrouille de police. La fille la reçoit comme prévu mais la policière qui dirige l'affaire oblige le gars à utiliser une baguette et c'est devant ces témoins inattendus.

Nous filons chacun de notre côté et je n'ose pas la contacter dans la soirée, je me contente d'un laconique texto, « dors bien » et en retour du non moins laconique « toi aussi ».
Elle a tout de même reçu une sacrée fessée, et un cran au-dessus de nos habitudes, et sans en avoir discuté auparavant, comme nous l'avions fait lors de nos premiers jeux.
Mais dès le lendemain je n' y tiens plus, je romps le silence, je l'appelle.
Elle se montre moqueuse plutôt que contrariée, ce qui ressemble à ce que je connais d'elle.

« Alors ? tu t'es fait plaisir ?
-Je n'avais pas le choix, nous n'avions pas le choix…et depuis le temps, que tu suggérais de passer aux instruments ! Comment vont tes fesses ?
-Ça me travaille encore un peu, tu n'y es pas allé de main morte, avec cette baguette.
Mais je savoure ma revanche…
-Ta revanche ?
-Tu n'aurais mérité pas toi aussi une bonne fessée ? Tu étais tout aussi en tort que moi !
-Mais par qui ?
-Je n'étais pas en état d'inverser les rôles : par la policière !
-Elle ne se serait pas mise en tort professionnellement, et son trip c'est sans doute de regarder.
-Eh bien je ne suis pas policière et je serai rétablie dimanche.
-Dimanche ?
-Oui, je vais te sonner les cloches, dimanche : ce sera Pâques ! On se fait un petit tour ensemble ?
- Les sorties restent limitées à une heure, et nous irions où ? Et c'est quoi pour toi sonner les cloches ?
-Ne fais pas l'innocent, et tu comptes bien reprendre une vie amoureuse plus suivie
après le confinement ?
Rendez-vous directement à la mare aux chevreuils à dix heures dimanche. »
C'est un bel endroit de la forêt domaniale qui s'étend jusqu' à l'entrée de la ville ».
Elle a raccroché sèchement.
Le samedi soir elle me confirme le rendez-vous par texto et m'enjoint de venir en tenue de jogging.
Il faut un certain temps pour se rendre depuis chez moi à l'entrée de la forêt, puis vers cette mare , même en rythme jogging. Je falsifie l'heure de départ sur mon attestation : je l'avance d'une heure, ainsi que ma montre et l'horloge de mon portable.

Elle est déjà sur place quand j'arrive, munie d'un petit sac à dos, posé sur une souche.

« Tu as pris des provisions ? Pour si peu de temps ?
- Non, des objets insolites que j'ai cachés dans ce buisson. C'est Pâques ? non? Trouve -moi ce qui n' est pas à sa place dans une forêt, rapporte-moi ces trois intrus. » 

Je n'ai pas trop longtemps à chercher, elles les a étiquetés de rouge, on les voit bien dans le buisson qu'elle m'a désigné et qui n'est pas encore en feuilles.

Il s'agit d'une brosse à cheveux, d'une spatule de cuisine, et d'une ceinture en cuir.

« Donne à la dame !
-Voilà...on rentre ?
-Ah mais pas tout de suite ! Et ma revanche ?
-Tu comptes …
-Oui, te fesser, te fouetter, comme tu me l'as fait à la voiture de police.
-Mais tu n' y es pas obligée, toi !
-J'en ai tellement envie ! et simple esprit de justice ! Monsieur donne et ne reçoit pas ? alors que les torts sont partagés ? Pas d'accord ! Égalité des sexes ! Baisse ton pantalon ! Non, pas comme ça, face à moi !  Et c'est pas un jean, plus vite que ça !»

Puis elle m'ordonne de finir de me déculotter.

« Chérie, tu ne m'as jamais donné la fessée…
-Il y a un début à tout ? non ? Tourne - toi. Penche-toi en avant, mains sur les genoux. Je commence par quoi ?
-Euh, que veux-tu dire ?
-Ne fais pas l'innocent ! La brosse ? La spatule ? La ceinture ? Mais comme tu auras les trois, c'est seulement l'ordre, que tu choisis. Ne réfléchis pas trop longtemps, ou je double la dose.
-La dose ?
-Nous sommes le douze, douze de chaque !
-Bon, la spatule... »

Elle me tapote avec cet instrument pour dit-elle « prendre ses repères , ça ne compte pas », et c'est émoustillant.

« Prêt ?
-Prêt…
-Compte à haute voix. »

Si je craignais ce retour de la fessée depuis de lointains châtiments qui m'avaient amené à la découvrir moins terrible à l'exécution que la menace puis l'annonce ne pouvaient le laisser entendre c'était surtout par crainte de fâcher ; je suis de composition plutôt placide et arrangeante, en dehors de quelques moments d'égarement, d'instabilité, qui m'avaient fait la mériter.
Précoce, j' y avais trouvé une certaine sensualité, peut-être aussi parce qu'administrée modérément.
Et me voilà déculotté devant mon amie, prêt à enfin savoir si ça va ou non me plaire.
Sans que je ne l'aie voulu l'enchaînement des situations fait que je m'apprête à revivre ce qui me travaillait l'esprit depuis pas mal d'années.
Elle fait plus semblant d'être contrariée, ce qui me rassure, et je ne peux qu'admettre sa velléité d'égalité de traitement : pourquoi ne serais-je pas moi aussi puni ? Et tout devrait aller pour le mieux entre elle et moi après ce moment à passer, pouvoir apaisant et réconciliateur de la fessée, et ayant pris une certaine habitude de la lui donner, j'ai une bonne idée de la valeur du câlin qui peut s'en suivre.
Si je concrétisais jusque là mon goût pour la fessée en la lui donnant, c'est que j'en étais passé par un certain besoin de m'affirmer, je n'aurais pas commencé ma vie d'adulte en me laissant corriger.
Mais je suis maintenant prêt à assumer.
« Un ! »
Le premier vrai coup de spatule me tire de cette sorte de méditation sur mon sort, et elle n' y est pas allée doucement.
Elle continue, lentement mais sûrement., puis marque une pause, le temps de changer d'instrument. J'opte pour la brosse à cheveux, en deuxième étape.

« Ça devrait te calmer ! Je vois que tu as aimé! Cela t'excite donc comme quand tu me la donnes ? la fessée ? »

C'est que même lui tournant le dos je ne peux pas tout lui cacher, et elle s'est positionnée de trois quarts arrière.

Les morsures de la brosse n'entament en rien mon excitation : dois-je me sentir fier ? de cette belle érection ? ou avoir honte ? de cette réaction ?

« Eh bien pour la ceinture, tu ne banderas plus, mon ami .»

Elle s'approche, en restant en arrière, m'enlace d'un bras et me gratifie de l'autre d'une gâterie manuelle. Je jouis délicieusement, mais l'excitation retombée, la troisième fessée, à la ceinture, est hautement douloureuse.
Je me promets à l'occasion de procéder de même à son encontre.

Je reste un moment pantelant, tailladé par les cinglades de la ceinture sur mes fesses nues, ridicule, le slip au pieds, le sexe laissant couler quelques dernières gouttes.

« Alors, rhabille-toi ! Ne reste pas comme ça ! Elle va rire, la policière, de tes marques ! Sur les fesses ! si tu dois te déculotter à nouveau devant elle ! Tu sais ce qui t'attends si nous sommes à nouveau surpris ! Montre ton attestation ! Ah, il a triché sur l'heure ! Oh le gamin ! »

Fort heureusement nous ne croisons personne ni patrouille de police ni passants ordinaires sur le retour, personne la sortie de la forêt, ni sur la portion de trajet commune vers nos domiciles respectifs.

« Je te téléphone tout à l'heure pour savoir si tu es bien rentré », s'amuse-t-elle.

Elle a fait fort !

Mais je l'aime...





Commentaires

avatar LF
Suite intéressante, préméditée visiblement par l'héroïne qui devait quand même l'avoir un peu saumâtre du premier épisode, mais inciter son fesseur à sortir dans la forêt pendant le confinement, en se servant de ses sentiments pour lui donner rendez-vous, n'est-ce pas hautement répréhensible et passible d'une bonne fessée ?
L'instigatrice de cette infraction notoire ne devrait pas rester impunie, il en va de la moralité de ce site et de l'incitation à une bonne conduite à donner aux chipies !
avatar charliespankered
Tout à fait d'accord avec vous, LF.

Ce qu'il y a de bien avec la fessée c'est que souvent un épisode en appelle un autre, dans les récits comme dans la vie, avec éventuellement inversion des rôles ; ce n'est jamais fini, même si une bonne fessée est un point d'aboutissement.

Postez un commentaire

Membres connectés



966 inscrits

Avertissement

Ce site est strictement réservé aux adultes.

Il est question de pratiques entre adultes consentants et en aucun cas de la fessée donnée aux enfants.

Nous condamnons toutes violences conjugales.