Où situer la limite, entre une fessée et une flagellation des fesses

Fesséeo > Forum > La fessée > Où situer la limite, entre une fessée et une flagellation des fesses
avatar FesseurduJura

Visibilité

Tout le monde
Une bonne fessée traditionnel se donne à la main, la punie ou le puni déculotté, en travers des genoux du fesseur ou de la fesseuse...

Mais si le fesseur demande à sa punie de se pencher en appuie sur une table, et de bien présenter ces fesses, afin de lui donner une série de coups de martinet, cela reste une fessée, ou une flagellation ???

Début des années 1980, la petite entreprise de Suzanne Marache, dans le Morvan, produit 700 martinets chaque jour....
Ce fameux martinet, instrument traditionnel, pour la fessée en France !
Mais toutes ces gamines et gamins qui se sont fait cinglés les fesses,( et les cuisses ) par leurs parents, se faisait t-il fesser ou fouetter ???
Je pense que dans les années 70 les filles recevaient le martinet et les garçons la ceinture ou ceinturon, mais alors peut-on dire, que ces garnements recevaient des bonnes fessées ou fouettées ???

Mon avis est que l'on reste dans le domaine de la fessée, quand le fesseur utilise un instrument qui est un prolongement de la main, et ou il peux garder sa punie, en travers de ces genoux pour lui donner une série de coups de brosse a cheveux ou d'un petit paddle par exemple.
Mais si la punie est allongée sur un lit, un coussin sous le ventre, les fesses bien cambrées pour recevoir une série de coups de strap... Alors je ne suis pas sûr qu'on peut encore appeler ça, donner une fessée...

Qu'en pensez-vous ???
Où définir la limite ; fesser ou fouetter un fessier ???

Commentaires

avatar MaMain

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fess%C3%A9e
Vous avez la réponse....
avatar FesseurduJura

Merci pour l'info... cependant je serais plus intéressé par l'avis des passionnés de ce site...
avatar Sia

Encore un problème de vocabulaire...
Le mot fessée fait référence à l'endroit où on tape alors que flagellation fait référence à l'instrument utilisé.
Après, moi, mon avis, c'est qu'on s'en fout un peu
avatar FesseurduJura

Merci Sia, j'aurai appris quelque chose aujourd'hui...
Malgré ma passion pour cette pratique, on a toujours à apprendre ce qui est d'ailleurs intéressant
avatar floflo

Une nouvelle fois, je me range du coté de Sia..... ce qui est inquiétant à force….
avatar homfc

Je pense que la flagellation fait partie intégrante de la fessée. Après s'agissant d'un jeu entre adulte consentant, si la demoiselle est réticente réellement à la flagellation, je pense qu'il ne faut pas insister. Car cette pratique plus douloureuse pourrais l'effrayer.
avatar Olivier34

La distinction de Sia est incontestable : fessée se rapporte au siège du châtiment et fouet ou fouettée à l'instrument au moyen duquel il peut être administré. Il en va de même pour flagellation ou fustigation. Mais précisément parce que fessée n'implique en soi l'usage d'aucun instrument (ni fouet, ni martinet, ni ceinture, ni cravache, ni baguette, ni paddle, ni strape), il en est venu à désigner dans le langage courant une correction administrée sans aucun instrument, c'est-à-dire la fessée manuelle. Du reste le mot anglais spanking dérive d'une onomatopée qui évoque le bruit que fait le claquement de la main nue sur les fesses nues (de même que le mot smack), très différent du sifflement du fouet ou de la cravache. Et, non Sia, on ne s'en fout pas du tout, en tout cas je ne m'en fous pas du tout. La vraie, la bonne fessée, la fessée authentique se donne à la main nue et son bruit clair résonne dans toute la maison ! Les instruments sont l'arme des faibles ou des cruels. Tout au plus peut-on en concéder l'usage à une femme dont la force physique n'est pas suffisante pour infliger à son compagnon la solide correction qu'il mérite, mais un homme , un vrai, ne devrait jamais avoir recours à cet expédient.Et à fesseur du Jura, je veux dire que rien ne l'empêche, une fois qu'il a demandé à sa punie de se pencher sur la table et de bien présenter ses fesses de les corriger avec la paume de la main. Point n'est besoin d'un martinet !
avatar Sia

Olivier34 a dit : Les instruments sont l'arme des faibles ou des cruels. Tout au plus peut-on en concéder l'usage à une femme dont la force physique n'est pas suffisante pour infliger à son compagnon la solide correction qu'il mérite, mais un homme , un vrai, ne devrait jamais avoir recours à cet expédient.


Mais n'importe quoi....!!

Et si j'aime ça moi la ceinture ? Tous les hommes ne sont pas de grosses brutes et c'est quand même bien sympa de pouvoir varier les plaisirs... J'aime bien essayer de nouveaux instruments, de nouvelles sensations
Toujours la même soupe... Quelle tristesse...
avatar shlack

Pour ma part dans les années soixante il m'arrivait de recevoir du martinet (comme tant d'autres enfants garçons ou filles à cette époque). Etais je fessé ou fouetté ? difficile à dire. Il me semble que ma mère utilisait parfois le terme fouetté (si tu ne t’arrête pas je vais te fouetter...) bien que le sens avait plus le sens de corriger.
La flagellation pour moi étant plutôt de l'ordre du supplice avec toute la mise en scène qui peut en découler.
Entre adulte l’utilisation d'un objet me fait plutôt penser à la flagellation, du moment qu'il y ait lanière ou morceaux de cuir (ou autre matière) souple (lanière, ceinture, strap) on n'est plus dans le domaine de la simple fessée, même très fortement appliquée.
avatar Olivier34

Sia a dit : Mais n'importe quoi....!!

Et si j'aime ça moi la ceinture ? Tous les hommes ne sont pas de grosses brutes et c'est quand même bien sympa de pouvoir varier les plaisirs... J'aime bien essayer de nouveaux instruments, de nouvelles sensations
Toujours la même soupe... Quelle tristesse...


Mais si vous aimez ça, il ne faut surtout pas vous en priver ! Je vous accorde que ma formulation était à la fois excessive et incomplète. J'aurais dû ajouter : "sauf bien sûr si sa partenaire en exprime le désir".
Et ne soyez pas triste : la vie est belle !
avatar charliespankered

Curiosité : le verbe « fesser » tiendrait plutôt son origine du latin « fascia », lien, bandelette, objet long et souple dont on pouvait se servir pour frapper, pour corriger ; en français de l’époque classique Candide est « fessé », c’est à dire fouetté.
"Candide fut fessé en cadence pendant qu'on chantait." [Voltaire, Candide, ou L'optimiste]
La pratique consistant à viser plutôt les fesses, et surtout pour un châtiment qui se veut sans risques de blesser, a certainement contribué à la formation du substantif (ou nom) « fessée », à partir de ce verbe.
Donc « fessée » ne viendrait pas de « fesses » ! Et en anglais « spanking », connu des amateurs même non spécialement passionnés par la langue de Shakespeare mais ce mot sur moteur de recherche ouvre plus de portes que « fessée », n’a rien avoir avec « buttocks » ; même si il est clair à l’usage que "fessée" apparu plus tardivement que « fesser » désigne ce que nous aimons tant, les claques sur les fesses : ou coups, selon certains dictionnaires. S’agit-il alors encore d’une fessée ?
La fessée au martinet me semble rester dans le cadre de la définition, et de l’esprit de la chose ; ou à la brosse à cheveux, à la règle plate, etc.
Je verrais la limite dans certaines conséquences : tant qu’il n’y a pas saignement, ou ecchymoses, bleus persistant plusieurs jours, cela reste bel et bien une fessée ; reçue ou donnée par exemple le soir, le lendemain matin il n’y paraît plus, et même en général sans laisser passer autant de temps.
J’avais cependant suite à la plus sévère fessée que j’aie jamais reçue gardé les marques d’un instrument plusieurs jours ; une sorte de jeu, cette fois payant, autre sujet qui pourrait être ouvert ici ; « tu n’es plus un petit » et j’étais supposé avoir quelques années de plus par rapport aux semaines précédentes, depuis cette première fois où je fus simplement, pantalon et slip baissés, claqué couché en travers des genoux ; j’étais devenu lors de la séance suivante un collégien de la redoutable époque victorienne, se penchant en avant et appelé à se déculotter lui-même ; mais j’étais tout de même allé chercher une fessée, dans la continuité de la précédente.


avatar Olivier34

charliespankered a dit : Curiosité : le verbe « fesser » tiendrait plutôt son origine du latin « fascia », lien, bandelette, objet long et souple dont on pouvait se servir pour frapper, pour corriger ; en français de l’époque classique Candide est « fessé », c’est à dire fouetté.
"Candide fut fessé en cadence pendant qu'on chantait." [Voltaire, Candide, ou L'optimiste]
La pratique consistant à viser plutôt les fesses, et surtout pour un châtiment qui se veut sans risques de blesser, a certainement contribué à la formation du substantif (ou nom) « fessée », à partir de ce verbe.
Donc « fessée » ne viendrait pas de « fesses » ! Et en anglais « spanking », connu des amateurs même non spécialement passionnés par la langue de Shakespeare mais ce mot sur moteur de recherche ouvre plus de portes que « fessée », n’a rien avoir avec « buttocks » ; même si il est clair à l’usage que "fessée" apparu plus tardivement que « fesser » désigne ce que nous aimons tant, les claques sur les fesses : ou coups, selon certains dictionnaires. S’agit-il alors encore d’une fessée ?
La fessée au martinet me semble rester dans le cadre de la définition, et de l’esprit de la chose ; ou à la brosse à cheveux, à la règle plate, etc.
Je verrais la limite dans certaines conséquences : tant qu’il n’y a pas saignement, ou ecchymoses, bleus persistant plusieurs jours, cela reste bel et bien une fessée ; reçue ou donnée par exemple le soir, le lendemain matin il n’y paraît plus, et même en général sans laisser passer autant de temps.
J’avais cependant suite à la plus sévère fessée que j’aie jamais reçue gardé les marques d’un instrument plusieurs jours ; une sorte de jeu, cette fois payant, autre sujet qui pourrait être ouvert ici ; « tu n’es plus un petit » et j’étais supposé avoir quelques années de plus par rapport aux semaines précédentes, depuis cette première fois où je fus simplement, pantalon et slip baissés, claqué couché en travers des genoux ; j’étais devenu lors de la séance suivante un collégien de la redoutable époque victorienne, se penchant en avant et appelé à se déculotter lui-même ; mais j’étais tout de même allé chercher une fessée, dans la continuité de la précédente.



Certains linguistes font en effet dériver fessée du latin fascia par l'intermédiaire de l'ancien français faisse, ainsi :

Étymol. et Hist. 1489 (Rob. Gaguin, Passe-temps d'oysiveté, Anc. Poés. fr., VII, 282 ds R. Hist. litt. Fr. t. 12, p. 700). Plus prob. (en raison des formes du type norm. fessier « fesser » fessie « fessée » qui supposent un rad. terminé par une palatale) dér. de l'a. fr. faisse, fece « bande, lien » (faisse, du lat. fascia), le sens primitif étant « battre avec des verges », devenu par rapprochement avec fesse « battre en donnant des coups sur les fesses » (FEW t. 3, p. 425a et b), que dér. de fesse (O. Bloch ds R. Ling. rom. t. 11, p. 338-342).

Mais tous ne s'accordent pas sur ce point. Alain Rey, dans le Robert, dérive fessée de fesse. Et de fait, le passage de fesse à fessée est tout aussi logique que celui de vol à volée, de racle à raclée, de rosse à rossée ou de branle à branlée.
En anglais, en effet to spank ne dérive pas de buttocks, mais manifestement d'une onomatopée, comme to smack (encore qu'il faille se méfier : on a longtemps cru que fouet évoquait le sifflement du fouet alors que ce mot vient du latin fagus, le hêtre, parce que les Romains avaient coutume de tailler leurs verges dans du bois de hêtre). En revanche, en espagnol, nous disposons de deux mots, azotaina et nalgada et le second dérive directement de las nalgas, les fesses.
avatar charliespankered

Très érudit ! Joli ! Je vais me plaire, ici.
avatar sage

Pour moi la fessée ne doit pas blesser.

Le punition peut rosir les fesses mais sans plus.

C est la limite pour moi.
avatar charliespankered

Certainement la limite qui sera reconnue ici par la majorité : et limite de bon sens.
Roses voire rouges, mais pas de blessures.
Les instruments marquent plus mais on ne les utilise alors pas à toute force.
Pas de traces le lendemain ! Quoique je m'étais retrouvé avec des bleus restés deux ou trois jours : c'était limite, j'avais laissé faire, je voulais montrer mon courage.

Postez un commentaire


Derniers connectés



485 inscrits

Avertissement

Ce site est strictement réservé aux adultes.

Il est question de pratiques entre adultes consentants et en aucun cas de la fessée donnée aux enfants.

Nous condamnons toutes violences conjugales.