Le début

Fesséeo > Forum > La fessée > Le début
avatar Doz

Visibilité

Tout le monde
Bonjour,

Pour inaugurer cette section dédiée à notre intérêt commun je vous propose un sujet sur les débuts.

Vos débuts dans la pratique ou avec ce fantasme, est-ce que ça a été une révélation soudaine ? Tardive ? Avez vous une anecdote à ce sujet ?

Partagez nous ça







Commentaires

avatar S

Bonjour,

Pour ma part ce fut une révélation soudaine je dirai
Une de mes ex avait déjà ce genre de pratique, ce qui n'était pas mon cas.

Je fus d'abord effrayé mais ai tout de même accepté de la suivre suite à sa demande.
Et je dois avouer avoir été agreablement surpris
Contrairement à ce que j'imaginais j'ai trouvé ça assez plaisant
avatar Sia

Les rapports dominant /dominée m'ont je crois toujours plus ou moins attirée. D'un point de vue purement cérébral j'aime la sensation d'être encadrée et recadrée . La fessée c'est la même chose, les endorphines en plus
Pour les débuts, comme beaucoup j'ai commencé par des dials, d'abord sans intention de rencontre et puis il y a toujours un moment je crois, où on a envie d'essayer ne serait-ce qu'une fois pour savoir de quoi on parle... Sauf qu'après avoir essayé une fois... J'ai eu envie de recommencer... Encore... Et encore... Et toujours en fait
avatar Luniver

Vaste question
J'ai disons... "suivi.e le mouvement"
Pas de place dominant/dominé
Plutôt un savant mélange de jeu et de correction, de caresses et de séduction
Malgré mes premières réticences, je me suis finalement laissé emporté par mon demandeur
Il a encore peur de faire mal... mais j'espère bien qu'il lèvera la main 😊
avatar Clémentine

Je n'étais pas prédisposée à tomber dans cet addict, c'était sans compter un lointant compagnon, qui agacé par mes bourdes m'a plusieurs fois avertie qu'il allait me fesser. Je riais, riais, riais, jusqu'au jour ou j'ai pleuré
De ce jour, bah c'est commme le chocolat, quand on y a goûter on en redemande
avatar amandine

J’ai découvert la fessée quasiment en même temps que la sexualité, avec l’un de mes tout premiers petits amis, du coup je n’ai jamais ressenti cela comme « deviant » par rapport à une autre forme de sexualité. Par la suite, J’ai toujours demandé la fessée à mes compagnons de vie. Et puis j’ai découvert internet, avec de véritables passionnés. Je crois qu’il a été là, le choc : la rencontre avec des gens tout aussi passionnés que moi. C’etait étrange et complètement fascinant. Encore plus addictif aussi. Une spirale quelque peu infernale... J’ai un peu coupé avec ce monde-là à présent, mais il me manque parfois terriblement 🙂.
avatar floflo

Je crois que j'y ai tjs pensé... depuis tout petit!!!
Ensuite, il fallut que tout se mette en place ds ma tite tête pour m'avouer que la fessée, ben c'etait mon truc!
avatar Spankerdancer

En fait pour moi ,avant de connaître ma future promise, la fesseé était purement anecdotique ;au meme titre que le fétichisme,le voyeurisme et tout. Le sabir de la psychiatrie qui fleurissait dans les revues de sexe de cette époque.Jusqu'au jour où lors d'une de ces fêtes locales ma copine n'ayant pas voulu m'accorder une certaine danse de musette se laissa inviter par un jeune homme de passage... Ma colère et mon dépit fut tel que ke courus séparer les deux danseurs laissant le jeune sans voix . Puis je me dirigeais vers l'arrière ds la pénombre ou peu nous voyaient et la je lui collai sa première mega fesseé d'avant mariage! (Je l'a pris sous le bras et la troussai). C'est depuis que l'empreinte érotique de ce geste ne m'a plus quitté il faut dire qu'il y avait l'ambiance et ma moitié est trés sexy quand elle danse!
avatar OliverStrict

L’origine est tres lointaine chez moi. Vers 6 ou 7 ans, à la lecture d’une version illustrée des “Trois petits cochons”. Après avoir été sauvés, les deux imprévoyants y recevaient une “fessée à la brosse de chiendent”. J’etais fasciné : leurs fesses rouges, la détresse sur leurs visangels, leur vulnerabilité totale (immobilisés par la spanking machine en action). Le fantasme s’est adapté à ma sexualité mais ne m’a pas quitté.
avatar Animator

Pour ma part c'est un fantasme depuis gamin, je ne suis passer a l'acte que trés recemment pour recevoir ma premiere fessée et j'ai trouver cette premiere experience peu convaincante . . . C'est porquoi je cherche a renouveler l'experience
avatar sage

Moi j ai découvert la fessée presque d un coup à l âge de 25 ans.
Ce devait être en sommeil en moi.
avatar charliespankered

Mon goût pour la fessée, ma détermination à la recevoir, le souhait de la donner, l'envie d'être spectateur se sont forgés progressivement au fur et à mesure d'événements, de circonstances et de la mise à l'écart de ce qui pouvait s'opposer à la réalisation de ce penchant.
Lors de la pré adolescence, douze à quatorze ans, les souvenirs de fessées de l'enfance et plus précisément scolaires, reçues ou vues et cela jusqu'à mes huit neuf ans , ne nions pas que pour certains et certaines ce fut une réalité et je n'en ferai pas le récit, me sont revenus en force, provoquant des émotions et même des érections. J'en vins même à regretter que deux d'entre elles m'aient relativement épargné, je me refaisais le film, je fantasmais, et alors contrairement à la réalité de ce que furent ces deux corrections je subissais pour commencer le terrible et redouté préparatif vestimentaire, pas toujours employé.
La fessée à mon âge et plus encore pour les années à venir me semblait alors tout à fait impossible, même si j'avais cependant songé à la recevoir pantalon baissé mais par dessus le slip et pour une toute dernière, d'une dame qui venait s'occuper de la maison et que j'agaçais, pour m'amuser.
Puis de quatorze à dix-huit vingt sont venus ce qu'on appelait les flirts, baisers, se tenir la main, et ma toute première petite amie me menaçait, en riant : "tu vas l'avoir, ta fessée cul nu". Je n'ai pas fait en sorte que cela se réalise. L'enfance n'était pas loin, à quinze ans on se veut grand. Les amies suivantes étaient elles aussi visiblement imprégnées de ce goût pour la fessée, dont une qui m'avait conté une honteuse déconvenue en pleine cour de récréation et je n'avais pas osé lui faire part de mon expérience similaire ; cela m'avait cependant rapproché d'elle. Ces très jeunes femmes n'osaient pas entreprendre de rapport sexuel, j'aurais été maladroit en ce domaine, et je restais ainsi dans la non réalisation, de l'ensemble.
Je me masturbais en fantasmant sur des scènes de fessée avec une de ces amies mais je n'envisageais pas à dix-sept dix-huit ans et encore "puceau" que cela pouvait être stimulant, pouvait être un préliminaire, je dissociais dans mes représentations la fessée et faire l'amour. J'en ai donné une petite et par-dessus le pantalon, dans la chambre chez mes parents, demandée par celle qui justement m'avait fait ses confidences sur son enfance, mais ça s'est arrêté là. La même ayant plus tard ramassé en forêt une poignée de genêts déjà coupés et qui avait dû servir m'en a donné un coup sans me déculotter ; nous avions entre temps couché ensemble mais de peur de paraître pervers à dix-huit dix neuf ans je n'ai pas incitée à aller plus loin.
Le pas a été franchi vers mes vingt et un ans lors d'un séjour à Londres avec une amie ; les sex shops laissaient voir en vitrine des revues de "spanking", nous en avions acheté et de retour sur le continent les choses se sont faites assez facilement, nous avions compris que nous n'étions pas les seuls à partager ce goût ; elle le ressentgait m'a -t-elle ensuite expliqué en elle avant ce séjour à Londres, mais non lié à des fessées de l'enfance.
Vers vingt-cinq ans celle qui allait devenir mon épouse m'a fessé sur un mode punitif, une première en tant qu'adulte, celles de l'après Londres étaient plutôt érotiques, elle me fessait quand j'étais bougon et boudeur, ce dès nos premiers mois de vie commune. Puis elle me consolait mais il a fallu plusieurs séances pour qu'elle comprenne que cela me plaisait.
Au fil des années elle a amélioré ses fessées, n'osant pas par exemple avant un certain temps me coucher en travers de ses genoux. Je ne la fessais pas.
Vers mes cinquante-cinq j'ai commencé une correspondance avec une collègue et devenue amie, elle revenait d'un poste en territoire d'outre mer et elle me contait les fessées traditionnelles dans les rues de Prague, le lundi de Pâques. Elle m'a invité un soir à dîner, m'incitant à bricoler un fouet, il était peu réussi et je n'avais pas osé le lui présenter ; mais une relation a commencé, basée donc sur la fessée, même si ce n'est arrivé que quelques semaines plus tard. Et s'en est suivi...un divorce ! Je lui ai donné ses premières fessées, et encore quelques semaines plus tard nous inversions les rôles
J'ai aussi par la suite croisé deux femmes avec qui la fessée a tout précédé ; il a suffi d'une discussion sur ce sujet, que j'avais aussi habilement amenée, et il y a eu le succès du film "cinquante nuances". On a alors eu moins honte d'être attiré par la fessée, et Internet et les sites comme celui-ci vont plus loin que les revues anglaises, on est totalement décomplexé.
Le summum : sur annonce, j'avais fait l'été 2016 connaissance d'une demandeuse de fessée reçue, et elle insistait bien sur rien de sexuel ; la fessée pour la fessée ; et par ailleurs je n'ai plus guère d'érections.
Sur certains forums d'autres genres d' annonces proposent aussi des fessées données mais ...payantes ! pas tout à fait données, donc ! On ne se lie pas à la domina qui officie, elle joue fort bien le rôle de l'institutrice ! Quand c'est fini, on rentre...tout penaud...honteux...comme autrefois, on ne restait pas à dîner chez la prof ! La domina n'étant pas payée avec l'argent du contribuable, il faut bien que voulez-vous mettre la main porte-monnaie...
Désolé d'avoir été peu long, mais toutes ces années ne se résument pas en trois lignes.
Donc une progression par petites touches, mais de temps à autre quelque événement décisif.

Postez un commentaire


Derniers connectés



485 inscrits

Avertissement

Ce site est strictement réservé aux adultes.

Il est question de pratiques entre adultes consentants et en aucun cas de la fessée donnée aux enfants.

Nous condamnons toutes violences conjugales.