Arrête de faire ta peste

Fesséeo > Récits > Arrête de faire ta peste
avatar chloelafolie

Visibilité

Tout le monde
- Mais oui Denis, Chloé pourra t'aider. en plus elle ne fait rien de ses vacances et tu sais à son âge, ce n'est pas facile, alors tu peux la faire travailler, ça lui fera le plus grand bien... Attends je te la passe... Chloééééé !

- Oui ça va, je suis pas sourde.

- Tiens je te passe Denis, il veut que tu ailles l'aider à sa boutique demain, je lui ai dit d'accord

- Mais j'ai rien demandé moi !

- Tu feras ce qu'on te dit et puis tu peux bien aimer Denis, c'est toujours le premier à donner un coup de main quand on a besoin

- Pfffff... Oui allo.

- Salut Chloé ça va ? Je voulais que tu viennes m'aider demain mais tu n'as pas trop envie on dirait. Pourtant il parait que tu as du temps en ce moment.

- Oui mais bon pas forcément envie de faire n'importe quoi.

- Tu ne sais même pas ce que j'ai à te proposer, arrête de faire ta peste. Bon je t'attends demain à 8h et sois à l'heure !

- Mouais.


Denis habitait le village depuis deux ans, il a crée sa savonnerie artisanale et son atelier touche une des granges de mon père, ce qui fait qu'ils sont souvent amenés à se rendre des services, il a une trentaine d'années et il est plutôt sympa, de là à aller bosser pour lui. Le soir, mon père m'en remet une couche en me disant que j'ai intérêt à bien travailler, que Denis un un gars bien, qui travaille beaucoup...


- Ouh ouh, y'a quelqu'un... Denis ?

- Salut Chloé, je suis au fond, viens !

- Ça va ?

- Non ! je t'avais pas dit 8h ?

- Si.

- Il est 8h05 !

- Tu déconnes là, arrête de faire chier pour rien, déjà je viens t'aider !

- Comment tu parles ? Je pense pas que Pascal (mon père) t'élève comme ça. Je t'ai dit 8h et il est 8h05, donc tu es en retard !

- Oui c'est ça.

- Eh oui ma grande, si j'étais ton patron, tu ne me ferais pas le coup tous les jours crois moi. Bon allez ce matin, on va à un marché on a juste à charger le camion et on y va. Tu m'aides à porter les cartons.


Finalement, la matinée était très sympa, Denis faisait plein de blagues tout le temps et il est gentil avec tout le monde. c'est un peu comme si il m'avait prise sous son aile en m'expliquant son métier, en me donnant plein de conseil.


- Chloé je te laisse 20 minutes sur le stand, je vais juste boire un café en face avec les copains. Tu t'occupes de tout et tu m'appelles si tu as un problème. Et fais gaffe quand tu rends la monnaie car j'ai vu que tu n'es pas très douée.

- Je suis pas douée mais en attendant, c'est moi qui fait le boulot !

- Travaille bien.


Finalement il revient, on range tout et on repart en camion.

- Bon, on va manger chez moi, je vais te faire une bonne omelette, c'est ma spécialité.

- Sinon y'a un mac do sur la route !

- T'es incroyable toi, t'as réponse à tout. Non on va chez moi, ça me fait plaisir de te préparer un truc en plus, tu as bien travaillé ce matin.

- Au moins tu t'en rends compte.

- N'en fais pas de trop non plus.


- Vas-y assieds toi, je fais la caisse et après on mange vite fait et on retourne bosser.

- D'ac, j'ai faim.

- Tu peux mettre la table en attendant.

- Oui ou tu le feras après.

- T'es pas croyable toi, t'aurais besoin de te mettre du plomb dans la cervelle.


- Euh Chloé ? Tu aurais pas déconner avec la caisse, il me manque 24 euros.

- Pourquoi moi ? tu as du les perdre c'est tout !

- Çà m'étonnerait beaucoup ça ! Et arrête de te fiche de tout tout le temps, c'est énervant à la fin. JE te préviens si on ne retrouve pas ces 24 euros, je vais me fâcher !

- Bah fâche toi, vas y qu'on rigole !

- Cette fois ça suffit !


Denis m'attrape par le poignet et en deux secondes je me retrouve allongée sur ses genoux, lui assis sur une chaise. Tout mon corps bascule et je suis obligée de me retenir avec les mains pour ne pas glisser la tête la première sur le carrelage.

- Tu vas voir comment je me fâche espèce de petite peste !

Clac clac clac, sa main s'abat sur mes fesses avec une force que je ne soupçonnait pas chez Denis. Je suis totalement surprise par la situation et je proteste, je me débats mais rien n'y fait, je ne peux pas m'enfuir de la prise qu'il me fait. Calée sur ses genoux, une main m’enlaçant par les hanches, l'autre à tout le loisir de me fesser sur mon jean.

Clac clac clac

- Arrête, mais arrêteeeee ! Arrête ou je vais tout dire à mes parents !

- J'aimerais bien voir ça, tu veux que je leur dise aussi que tu as piqué dans la caisse ! Sale peste, en plus tu veux cafter, non mais tu vas voir !

Clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac ...

La chaleur m'envahit tout le bas du dos et de guerre lasse, je sens mon corps se relâcher et presque se mettre dans une attente de la prochaine claque.

- Debout jeune fille !

Groguie, j'obéis sans même réfléchir et mes yeux voient bien Denis attraper les boutons de mon jean, les ouvrir et baisser le pantalon sur mes cuisses mais mon cerveau est incapable de réagir et de nouveau je me retrouve allongée sur ses cuisses. La chaleur de son corps m'envahit et lorsque les claques reprennent sur le dernier tissu qui me protège, la douleur se fait plus vie.

Clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac ...
- Aie ... aie... arrête... s'il te plait... non

- Tu as ce que tu mérites, depuis ce matin tu fais la sale gosse. tu arrives en retard, tu te fous de tout, tu ne m'écoutes pas, voilà ce qui arrive !

- C'est bon j'ai compris !

- Ça je ne crois pas.

Il agrippe ma culotte et la fais descendre sur mes cuisses, l'air frais vient chatouiller mes fesses et je mesure à quel point elles me brulent à cet instant. Je me sens complètement honteuse d'être à moitié nue sur les cuisses de Denis, dans cette situation en plus.

- Je vois que ça commence à rougir, au moins tu vas t'en souvenir

- Pitié non pas toute nue.

- Tu crois que tu es la première que je vois. Tu as peur que je vois ton petit minou ? Qu'est ce que j'en ai à faire moi d'une gamine comme toi !

Clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac clac ...
Je me mets à pleurer, les sanglots envahissent ma gorge et mes larmes coulent entremêlées dans des petits cris.

Les claquent s'arrêtent et Denis me caresse un peu les fesses avant de me faire assoir sur mes genoux, il me regarde avec je crois un air très attendri et il me prend dans ses bras. Je pleure dans son cou, il me serre fort et me fait "chuuuuuut" à l'oreille.

- C'est rien Chloé, je pense que tu en avais besoin, tu ne crois pas ?

- Oui

Commentaires

avatar Héléa

C'était bien sympa, merci.
avatar Jerome

Oui sympa ces insolences punies par une fessée bien méritée
avatar francoisfabien

On va encore dire que je suis tordu, mais je soupçonne ce Denis d'avoir inventé la disparition des 24 euros pour avoir le plaisir de flanquer une bonne fessée à Chloé.
avatar pomme

Une première fessée est toujours la plus belle , merci pour cette belle histoire
avatar Spankerdancer

Tout à fait d'accord avec Pomme et François Fabien a la fois! Rien ne vaut une première fessé d'amour pour démarrer une vie de couple , même si certains " forcent " en creant-peut etre- le prétexte! Metci Chloe! Continues!

Postez un commentaire


Derniers connectés



500 inscrits

Avertissement

Ce site est strictement réservé aux adultes.

Il est question de pratiques entre adultes consentants et en aucun cas de la fessée donnée aux enfants.

Nous condamnons toutes violences conjugales.