Fesséeo > Récits > Arnaud et Caro, 7

Arnaud et Caro, 7

avatar Héléa

Visibilité

Tout le monde
Assis tranquillement à la terrasse du café, lieu du rendez-vous, Arnaud sirotait un café en consultant ses mails. Il avait un peu d'avance, mais voir avancer une demoiselle, cherchant tout autour d'elle, un peu perdue, était un spectacle qu'il adorait. Il ne manquerait cela pour rien au monde. Donc, de temps en temps, il levait les yeux et regardait discrètement les jeunes femmes qui venaient dans sa direction.

D'un seul coup, sans s'y attendre, il eut un coup au cœur. C'était elle. Elle était parfaite. La candeur, la timidité, la tenue, la posture. Reprends-toi se dit-il. Ne lui montre pas tout de suite l'effet qu'elle te fait. Elle cherche un dominant, pas un amoureux transi. Lorsque leurs regards se croisèrent, il lui sourit et lui fit un petit signe de la main.

Elle lui rendit son sourire, un sourire radieux qui réchauffa instantanément cette fraiche matinée, et se dirigea vers lui. Elle s'accrochait à son sac à mains comme à une béquille. Elle était adorable.

Il se leva pour l'accueillir, deux petites bises pudiques, lui recula sa chaise et la laissa s'installer.

"Que veux-tu boire Caro ?"
"Un Earl Grey s'il vous plait"
"Qui ?"
"Un Earl Grey, s'il vous plait, Monsieur."
"Bien".

Il passa la commande en ajoutant une nouvelle tasse de café pour lui, et prit de ses nouvelles, si son voyage s'était bien passé, si tout allait bien, en fait. Elle baissa les yeux et lui dit qu'elle avait respecté sa consigne de relire son cahier dans les transports.

"Et qu'en as-tu pensé ? Cela fait une quinzaine de jours que je te l'ai fait acheter, trouves-tu qu'il corresponde à une demoiselle obéissante ?"
"..."
"Caro..."
"Pas vraiment Monsieur, mais.."
"Non, s'il te plait, pas de mais. Rien ne justifie la désobéissance. Tu désobéis, tu écris, et tu assumes. C'est un choix qui ne tient qu'à toi. Après bien sur, je me vois dans l'obligation de te punir, afin de te montrer la ligne que tu dois suivre. Tu comprends ce que je te dis ?"

Caro n'en menait pas large. Elle avait l'impression que tout le monde autour entendait, et surtout, écoutait, ce qu'on lui disait. Pourvu que..

"Donne-le moi".
"Mais Monsieur, pas ici"
"J'attends".
"Bien Monsieur".

Une minute de répit, son thé arrivait. Elle prit le temps de mettre le sachet dans la bouilloire, de triturer la pochette de sucre, avant d'attraper son sac et de sortir son cahier, avec toujours cette impression que la salle entière avait les yeux braqués sur elle.

Et elle le lui tendit, incapable de le regarder. Et pourtant, elle le trouvait magnifique. Sur de lui, déterminé, attentif. Oui, c'était décidé, elle ne rentrerait pas chez elle après ce petit déjeuner.

Arnaud prit le cahier, le regarda sous toutes ses coutures, remarqua les changements d'écriture, parfois régulière, parfois saccadée, signe de stress. Il relut les bêtises insignifiantes que Caro avait faites, avec bien sur quelques petites insolences qu'il ne devait pas laisser passer.

Il avait de quoi jouer, pour une première fois. Ni trop, ni trop peu. Parfait.

"Bois, ça va refroidir. Ce serait dommage. Je trouve que tu es très jolie, cette jupe te va à ravir. Elle m'a l'air facile à retrousser, en plus."

Caro sentit son visage virer au cramoisi. Elle baissa encore plus la tête sur sa tasse. Et essaya de retrouver une respiration normale.

Arnaud, lui, essayait de calmer le loup. Couché, toi !

Commentaires

Postez un commentaire


Derniers connectés



449 inscrits

Avertissement

Ce site est strictement réservé aux adultes.

Il est question de pratiques entre adultes consentants et en aucun cas de la fessée donnée aux enfants.

Nous condamnons toutes violences conjugales.