Fesséeo

L'art de la Fessée
Érotisme, punitions, échanges et pratique entre adultes consentants.


Flux général


Ce n'est pas un contrat ça.
Ça s'appelle échanger. Je sais que ce n'est plus très mode dans ce monde fast-food mais pour moi il s'agit de découverte réciproque, rien à voir avec un contrat. (oserais-je dire aucun rapport ? )

Ce n'est pas un contrat ça.
Ça s'appelle échanger. Je sais que ce n'est plus très mode dans ce monde fast-food mais pour moi il s'agit de découverte réciproque, rien à voir avec un contrat. (oserais-je dire aucun rapport ? )

Sur la question du "rapport", vous prenez le risque de vous répéter. C'est un risque que je ne le prendrai pas.

Pour le reste, le "contrat" que vous évoquez, et dont je ne reprendrai pas les termes, n'a rien à voir avec celui auquel je pensais. Il ne s'agit pas de comptabilité, mais de complicité : l'échange préalable où l'on se dit, en chuchotant, ce que l'on aime, ce que l'on n'aime pas, ce qui nous fait seulement mal et ce qui nous fait du mal et du bien en même temps, ce qui nous émeut et nous trouble, ce qui nous angoisse et nous ravit à la fois, ce que l'on redoute et désire en même temps. Rien de tout cela ne glace : cela échauffe et réchauffe tout au contraire.

Alors au risque de me répéter, POUR MOI, cela n'a aucun rapport.

Dans le cas du safeword, c'est une juste une façon claire, distincte et sans ambiguïté de signifier qu'on est au-delà des limites. Nous "jouons" à un "jeu" où flirter avec les limites est courant et assez jouissif. Je n'ai pour MA part pas envie de risquer qu'on puisse m'entrainer malgré moi, par malentendu, dans ce que JE pourrais considérer comme de la violence.
Bref, ça m'évite d'aller pleurer un peu partout après que Machin est une brute et que Truc est un pervers narcissique [éventuellement je pourrais dire que Bidule est un sale connard qui n'a pas respecté le safeword, mais perso, je n'ai jamais eu besoin de m'en servir donc j'en sais rien ^^]

Par contre un "contrat" style "rhooo la vilaine a dit putain, alors je lui donne 5 claques... Oh ! elle est en retard.... 6 coups de martinets", oui, ça ME glace. Et MON désir fait "pfuit". Les comptes d'apothicaires ce n'est clairement pas mon truc. (D'ailleurs j'en connais un qui pourrait vous dire que les comptes tout court, ce n'est pas mon truc )

Après comme le dit le grand philosophe chagrin d'amour chacun fait fait fait, c'qui lui plait plait plait

Aucun rapport ? Dans un cas comme dans l'autre, on se met d'accord : on passe un contrat. Le safeword est un contrat. Et dans un cas comme dans l'autre, ce contrat a pour objet le degré de sévérité qui est supportable. La différence, c'est que dans le cas du safeword la convention porte seulement sur le droit qu'a le ou la punie d'arrêter la correction quand bon lui semble et sur la nature du moyen qui le lui permettra. Mais ce qu'envisageait Djodidi, me semble-t-il, c'est que la discussion préalable à la fessée permette au fesseur ou à la fesseuse de savoir comment il ou elle doit s'y prendre pour que le ou la fessée n'ait pas besoin de recourir au safeword. Si je vous comprends bien, c'est une discussion de cette nature qui risquerait d'exténuer le désir. En ce cas , je ne suis pas d'accord. Parler de la fessée qui a été reçue, de celle qui va être donnée, de la façon dont elle va l'être, c'est au contraire très excitant ! Le désir est informé par le langage. Les mots de la fessée sont troublants et, bien loin d'affaiblir le désir, ils l'exacerbent.

Sia a dit : A vrai dire, ce n'est pas tout à fait le sujet.
Et encore à vrai dire, non, "il ne serait pas bon de...". On parle ici de fantasmes, d'envies et si elles ont un point commun (la fessée), toutes ne sont pas les mêmes.
Faites moi ce genre de contrat et le désir fait immédiatement "pouf".
Et au risque de me répéter et de passer pour la rabat-joie de service le "bien entendu sans mot stop" me hérisse le poil. Il y en a qui fantasment à mort qu'il n'y ait pas de safeword, c'est leur problème. Mais le safeword c'est comme l'assurance : on a pas envie que sa maison brûle, sauf que le jour où ça crame, on est bien content qu'elle soit là.
J'ai un peu de mal à vous suivre, chère Sia. D'une part vous refusez un contrat portant sur la sévérité de la fessée au motif qu'avec lui le désir ferait "pouf" ! Et d'autre part, vous préconisez qu'on s'accorde sur un safeword qui puisse mettre fin à une correction d'une trop grande sévérité : c'est être à la fois pour et contre le contrat portant sur la sévérité !

A vrai dire, ce n'est pas tout à fait le sujet.
Et encore à vrai dire, non, "il ne serait pas bon de...". On parle ici de fantasmes, d'envies et si elles ont un point commun (la fessée), toutes ne sont pas les mêmes.
Faites moi ce genre de contrat et le désir fait immédiatement "pouf".
Et au risque de me répéter et de passer pour la rabat-joie de service le "bien entendu sans mot stop" me hérisse le poil. Il y en a qui fantasment à mort qu'il n'y ait pas de safeword, c'est leur problème. Mais le safeword c'est comme l'assurance : on a pas envie que sa maison brûle, sauf que le jour où ça crame, on est bien content qu'elle soit là.

Pour moi une bonne punition, dans le cas où je devrait en recevoir une bonne, ce serait la canne anglaise, bien que je n'en ai jamais reçut,
Voir plus

Derniers connectés



501 inscrits

Avertissement

Ce site est strictement réservé aux adultes.

Il est question de pratiques entre adultes consentants et en aucun cas de la fessée donnée aux enfants.

Nous condamnons toutes violences conjugales.